Espace [IM]Media
Jesse Osborne-Lanthier

Jesse Osborne-Lanthier


Sometimes, Falling Through the 🅝🅔🅣


Théùtre Granada

Nous le savons,
il y a des connaissances connues.
Il y a des choses que nous savons que nous savons.
Nous savons aussi
qu’il y a des inconnues connues.
C’est-Ă -dire
nous savons qu’il y a certaines choses
que nous ne savons pas.
Mais il y a aussi des inconnues inconnues,
celles qu’on ne connaĂźt pas
on ne sait pas.

GĂ©nĂ©rĂ©e Ă  partir de synthĂ©tiseurs virtuels expĂ©rimentaux – qui seront bientĂŽt commercialisĂ©s –, Sometimes, Falling Through the 🅝🅔🅣    est une performance sonore qui ne laisse rien deviner de son niveau d’imprĂ©visibilitĂ© – l’une des caractĂ©ristiques du travail de Osborne-Lanthier. Musicalement, ses compositions s’inspirent de sources aussi Ă©clectiques que le grime, le rap, le noise, la techno, l’ambient, le classique contemporain, l’électronique et le heavy metal, pour crĂ©er des sonoritĂ©s singuliĂšres et Ă©trangement accessibles. Par-dessus tout, Osborne-Lanthier travaille avec l’intensitĂ© comme s’il s’agissait d’un outil d’engagement immersif. Sa musique est tactile et Ă©lastique, passant rapidement d’étranges vallĂ©es de tropes d’EDM vers de vastes Ă©tendues de synthĂ©s chorals sincĂšres.
CrĂ©Ă©e autour de l’idĂ©e de « savoir/ne pas savoir », la piĂšce se prĂ©sente comme une mise en abyme d’évĂ©nements sonores, qui se dĂ©voilent et se dissimulent tour Ă  la fois – faisant du son autant de donnĂ©es X que puisse contenir l’équation initiale. Et parfois, mĂȘme la formule premiĂšre nous Ă©chappe.

Tasman Richardson